Restauration d'une 2CV AZU de 1955

Voici en images, la restauration d'une 2CV Fourgonnette AZU de 1955. Cette 2CV a passé toute sa carrière dans la Vienne. Elle a très mal vieilli comme l'immense majorité des utilitaires de ces années. Elle a reçu en plus de sa couche de gris initiale 5 couches de peinture passées "au rouleau" avec de moins en moins de soins, couche après couche.... Lors du début de la restauration, on découvre qu'elle a été badigeonnée de vert clair, vert foncé, noir, bleu foncé pour arriver jusqu'à aujourd'hui dans cette "magnifique" livrée bleu ciel !

Lorsque j'ai vu cette AZU pour la première fois, elle avait les phares qui regardaient le sol, pas de siège, son moteur posé à coté d'elle, alors  qu'un moteur d'origine inconnu avait été jeté sous le capot sans même prendre soin de le fixer au châssis. Après inventaire, le constat est sans appel, aucun élément de carrosserie n'est intact, 3 jantes sur 5 sont percées, il n'y a plus de pédalier, bref autant de signes qui auraient dû me faire fuir, mais non, la voici à la maison !!!

1354

Dès les premiers éléments démontés, ça se confirme !!  il va y avoir du boulot; quand ce n'est pas la visserie qui coupe à l'approche de la clé, c'est l'écrou prisonnier qui tourne dans le vide, j'adore.... Pour le tri des pièces à conserver ou à recycler rien de plus simple il n'y a quasiment rien à sauver !!

624

257

La seule bonne nouvelle c'est que le vendeur ne m'a pas menti : "le châssis est super sain. Il n'est ni pourri ni plié" m'avait-il assuré. En effet il est souillé par de la terre séchée et recouvert d'une belle couche de gras sur l'avant mais rien de plus normal pour une 2CV de 60ans. Après lui avoir retiré ses suspensions et ses trains roulants, passage au sablage puis le traitement à l'apprêt phosphatant. Les 2 meilleures jantes ainsi que 3 jantes supplémentaires achetées sur une bourse d'échange profitent du voyage.

A 19926

Le moteur, d'origine bien entendu, a retrouvé sa vigueur et son éclat, merci Jean-Paul !  Il va reprendre sa place sur le châssis équipé de ses trains roulants et suspensions entièrement restaurés. Les pots de suspensions ont été décapés puis repeints avant de recevoir de nouveaux soufflets caoutchouc et de nouveaux couteaux. Les roulements des bras de suspension sont remplacés et montés avec une généreuse dose de graisse.

27

La première grande phase étant terminée, il faut attaquer le gros du travail : LA CARROSSERIE.

Avant l'indispensable "épreuve" du sablage, il vaut mieux dépointer les panneaux de carrosserie qui ne peuvent pas être sauvés. La maigre carcasse restante va donc affronter la puissance du jet de sable. "Il ne va pas rester grand chose". C'est avec cette phrase que m'a accueilli le carrossier qui allait procéder au décapage tant la caisse avait du mal !!

11        12

13       14

15

Sous cet angle ça n'a pas l'air si catastrophique!

16

mais à bien y regarder...

17

Une petite couche de phosphatant et c'est le départ vers l'atelier soudure.

18 1

20

22

21

Après des heures et des heures passées à découper, souder, meuler c'est le retour au bercail...... Pour valider les travaux de tôlerie effectués un montage à blanc s'impose. Bonne nouvelle, tout s'assemble à merveille !! Merci GUILLAUME.

23

C'est maintenant à moi de jouer il va falloir user et abuser des tas, du marteau dans un premier temps puis vient l'entrée en piste du mastic et de sa copine la cale à poncer..

Un aperçu du résultat : le tablier, les contre-joues d'ailes, le toit, les bas de caisse et la partie basse du coté chauffeur mis en apprêt...

30

La partie inférieure ne doit pas être négligée : après avoir vidé 4 cartouches de joint d'entre-tôles pour prévenir des infiltrations d'eau et recouvert de phosphatant je traite l'intérieur des ailes arrières, les planchers avants et le dessous du caisson à l'anti-gravillon. Pour la finition, le peintre appliquera une couche de peinture de la même couleur que la caisse.

31

32

33

La face arrière, qui a nécessité beaucoup de travail de soudure, demande tout autant de travail de carrosserie mais le résultat semble prometteur...

34

Comme je le prévoyais chaque pièce de cette fichu carrosserie demande des heures et des heures de ponçage!

Img 2921

Pour se motiver, dès que l'occasion se présente un petit montage à blanc pour avoir un apperçu du futur résultat !

Img 3259

Les parties qui ne se verront pas ne sont pas oubliées pour autant, une couche de peinture de la couleur finale recouvre l'aprêt sous les passage de roues, les planchers, le compartiment du réservoir et l'emplacement de la roue de secours. Pour ces surfaces j'opère moi-même la colorisation, j'évite ainsi au peintre d'avoir à retourner la caisse dans la cabine.

Juil 2016 8

Quelques clichés de la caisse avant son départ pour l'atelier du peintre!!!!

Juil 2016 11

L'intérieur du caisson est désormais revêtu de sa couleur beige conforme à l'origine. Le plancher et les côtés du caisson sont habillés d'une feuille de contre-plaqué.

Juil 2016 17

Ca y est, la caisse est chez le peintre. Je lui ai précisé que je n'étais pas à une semaine près pour la récupérer........ Cette phrase, nous verrons plus loin qu'après coup je n'aurai pas dû la dire!!!

Je m'affaire donc pendant ce temps aux autres pièces de la carrosserie.

Tout d'abord le capot. La photo ci-dessous parle d'elle-même, il a subi de nombreux outrages et encore, il y a déjà eu de nombreuses interventions de mon binôme préféré le tas et le marteau!

Lors de son passage dans l'atelier "soudure" Guillaume a pris soin de souder 2 renforts au niveau du passage de la barre des phares. Ce point est critique sur cette génération de capot

Img 3873

Le rattrapage se fera au mastic comme à chaque fois!

Img 3902

Img 3966

Img 3970

Le passage en apprêt est une véritable récompense. Quand on se souvient d'où je suis parti!!!

Img 3972

Les prochains éléments à être restaurés sont les 2 ailes (avant bien entendu!).

Pour ces 2 pièces, il est inutile de chercher à sauver les ailes d'origines. Je dois me rendre à l'évidence, il n'y a plus rien à en faire...........

Fort heureusement, il est très facile de trouver 2 ailes de 2CV en bon état et pour un prix tout à fait raisonnable. Seulement voilà pour quelqu'un qui, comme moi avant d'être confronté au problème, ne s'était pas penché sur le sujet, une aile de 2CV c'est une aile de 2CV!! Hélas non! Il existe de très nombreuses variantes en fonction des années et des finitions. Il faut en trouver avec l'intérieur de l'aile qui soit plat et qui ne soit pas, à l'extérieur,percé d'un trou pour le clignotant!! Je trouve malgré tout 2 belles pièces que je m'empresse d'acheter bien qu'elles n'aient pas les joues intérieures conformes.

Je dépointe les joues des ailes d'origines, seules parties des ailes d'origines qui soient récupérables, ainsi que sur les "nouvelles ailes" et procède à la greffe de la joue conforme sur la future aile. Là encore c'est au "docteur Guillaume" d'opérer avec une soudeuse par point tel que d'origine. C'est là qu'on se rend compte qu'il en faut du matériel pour restaurer un véhicule.

Img 1395

Img 1396

Le travail de carrosserie est relativement rapide pour ces ailes. En effet, j'avais pris soin d'acheter 2 éléments en bel état. Le prix était certes un peu plus conséquent que la majorité des ailes disponibles, mais après plusieurs semaines passées à poncer, les quelques euros supplémentaires ne sont rien comparés aux heures de ponçage économisées!!!!

Img 1403

Les ailes sont passées à l'apprêt et poncées en vue de les peindre.

Toujours pas de nouvelle de la caisse!?! Je porte malgré tout le capot et les 2 ailes au peintre : j'ai beaucoup de travail mais je m'occupe de vous dès la semaine prochaine........

J'attaque donc les portières. Sur ce modèle de 1955 ce sont des portes dites "suicide" c'est à dire que les charnières sont à l'arrière des ouvrants. Seules les Deuch jusqu'en 1964 étaient équipées de ce type de portes. Pour les modèles postérieurs les portières ont adopté le sens que l'on connait sur nos voitures dites modernes.

L'état général constaté lors du démontage m'avait conduit à ne pas les faire sabler. Je comptais en trouver 2 autres sur une des nombreuses bourses que nous avons arpentées durant cette restauration mais force est de constater que ce sont des éléments quasi introuvables!! Celles qui sont proposées à la vente sont hors de prix (plusieurs centaines d'euros quelque fois!!) ou alors en plus mauvais état que les miennes quand ce n'est pas les deux à la fois!! Etonnamment, il n'en existe pas de re-fabrication donc inutile d'en chercher sur les sites marchands et même mes recherches sur le web n'ont rien donné.

 

Img 4008

Je me décide donc à les sauver. Après un décapage complet et un passage dans les mains expertes de Guillaume mon "soudeur" préféré je redresse ce qui peut l'être et je passe au mastic. Ce sont les seules parties de cette carrosserie qui ne soient pas en tôle ondulée!! C'est presque plaisant de poncer ces éléments!!! Je dis bien "presque"!

Img 4005

Je considère que le résultat est satisfaisant désormais, je passe donc une bonne couche d'apprêt.

Img 4081

Le ponçage au papier "500 à l'eau" me confirme que le résultat est à la hauteur de ce que je souhaite. Je charge donc les 2 portières et direction l'atelier de peinture.

Et là une surprise m'attendait!!

"Je vous ai peint le capot et les ailes!!" me dit Mathieu, le peintre.

Ce n'est pas vraiment l'élément que je m'attendais à trouver recouvert de la robe définitive mais bon il faut bien commencer par quelque chose.

Et la caisse? "Je n'ai pas attaqué mais c'est pour très bientôt..........."

Me voici de retour avec 3 énormes pièces de tôlerie fraichement repeintes.

Pour celui qui n'a pas rencontrer le problème ça semble être une bonne nouvelle sauf que, avoir à stocker plusieurs pièces de carrosserie abimées, juste décapées ou même en apprêt est une chose (on peut les empiler ou les faire tomber, de toute façon elles sont à refaire)mais une ou plusieurs pièces sortant de la cabine de peinture en est une autre!!!!! On ne sait pas comment les manipuler comment les stocker et surtout tout ça sans les choquer ou poser quoi que ce soit à proximité de peur que ça ne tombe dessus! Si j'avais récupérer la caisse en premier comme prévu initialement j'aurai remonté les éléments au fur et à mesure tel que ça doit être fait!!!!

Img 4096

En attendant le retour de la caisse, je patiente en équipant les éléments de retour avec leurs accessoires respectif.

Le contour de calandre, la poignée et même les chevrons sont ceux d'origine. Il a fallut user de patience et de laine d'acier triple 0 pour leur redonner leur lustre d'antan mais bien plus que l'economie substantielle réalisée c'est surtout une fierté de reconduire des éléments livrés avec la voiture lors de sa sortie d'usine.

Img 4098

Sur les ailes, seul le rétroviseur retrouve sa place, les bavettes attendrons....

Img 4162

 

Après avoir lourdement insisté pendant quelque semaines, que dis-je quelques mois, je retrouve mon carrosse dans sa couleur d'origine. Je suis obligé d'admettre que, s'il ne peint pas vite, il peint très très bien!!

Le résultat est extra, la couleur est profonde, pas de "peau d'orange", pas de coulures bref du superbe travail. Merci Mathieu.

Img 4152

Img 4159

 

Quelques clichés rapides et sans attendre on se jette sur l'étape suivante : le remontage.

Vous aurez remarqué que la rampe de phare est déjà de retour à sa place. En effet avec la caisse j'ai récupérer tous ces petits éléments qui constituent une auto et qui sur cette 2CV sont peint couleur carrosserie, les phares, les éléments de tableau de bord, les cerclages de feux arrières, la trappe de ventilation, les tubulures de sièges, etc.... jusqu'au bouchon de réservoir !

La mise en place des joints d'étanchéité, des écrou prisonniers étant faite place aux retrouvailles! Et quelques tours de clé plus tard, c'est fait! Cette 2CV retrouve ses 4 roues, on peut désormais appeler ça une automobile

Img 4167

C'est une étape importante dans la restauration d'une voiture ancienne, le retour de la caisse sur son châssis. C'est toujours une grande fierté et une réelle joie que de revoir cet ensemble tel que le constructeur l'a conçu.

Img 4170

Ensuite tout s'enchaine assez vite, en effet le remontage est aussi aisé que le fût le démontage à ceci près que la crainte de rayer ou abimer la peinture ne nous quitte pas ce qui était le dernier de mes soucis lors du démontage!!

Img 4175

Les sièges, désormais regarnis de caoutchouc et de garnitures neuves, retrouvent leurs places alors qu'un bout de moquette recouvre le sol pendant cette phase de remontage pour ne pas rayer la peinture des planchers. Le tapis en caoutchouc conforme à l'origine sera bien sûr mis en place sitôt la résurrection terminée

Img 4177

Le réservoir, qui a bien entendu été traité au RUSTOL et repeint bien qu'il ne soit pas visible. Notez le bouchon peint en gris!

La trappe de ventilation et le mécanisme d'essuie-glaces ont retrouvés leurs emplacements respectifs

Img 4180

Je continue en remontant la commande de la boite à vitesses, les pédales d'embrayage et de frein ainsi que la canne de frein à main.

J'attaque ensuite une étape importante pour pouvoir redonner vie à cette fourgonnette, le faisceau électrique.

J'espère ne choquer personne mais cette AZU de 55 sera en 12volts! Cependant pour rester au plus proche de l'origine pas question d'installer un alternateur. J'ai donc fait re-bobinera dynamo d'origine par un spécialiste dans le sud de la France pour qu'elle produise du 12V. Seules les inscriptions sur la bobine et sur la batterie trahissent cette modification.

Je recréé intégralement le faisceau en conservant les passages d'origines.

Faisceau1

Faisceau5Faisceau4

Je remonte également lors de cette étape le tableau de bord et le commodo des feux sur la colonne de direction qui est passée, elle aussi, par la case peinture.

Un petit aperçu du résultat:

Faisceau3

J'ai choisi, bien qu'elle ait été repeinte, de refaire au pochoir, tel qu'à l'origine, les inscriptions qui étaient sur le tablier permettant de dater la voiture.

On peut decripter ce "M10J5P" par:

-M signifie MERVILLE c'était la marque de la peinture utilisée à l'époque

-10 c'est le jour.

-J est la dizième lettre de l'alphabet et indique le mois:Le dizième mois c'est Octobre.

-5 correspond au chiffre des unités des années 50 donc 195"5"

-P signifie qu'elle sort des usines PANHARD ET LEVASSOR

Ce marquage nous apprend que cette voiture a été peinte avec de la peinture MERVILLE et qu'elle est sortie des chaines de l'usine Panhard le 10 octobre 1955!

Marqage

Pour la suite, le remontage du capot, des ailes, de son pare-brise, du pare-chocs et de sa plaque minéralogique  et elle commence à ce qui peut être considéré comme une voiture.... Les utilitaires, à l'époque devaient porter le nom de leur département d'origine sur une couleur de fond spécifique en fonction des produits transportés et des distances qu'ils étaient autorisés à parcourir. J'ai choisi de reproduire ce marquage bien que à cause des multiples couches de peintures dont a bénéficié cette utilitaire, je n'ai pas de trace ni de la dimension ni de la couleur d'origine...

Complet1

Avec les portes équipées des glaces on pourrait prendre la route!

Complet2

Sur cette vue de l'arrière, on voit l'éclaireur de plaque au centre de celle-ci. Il devrait être rouge transparent mais là encore ce modèle ne se trouve presque plus, j'ai donc opté pour l'instant pour un gris en attendant de trouver un modèle conforme. Un autre détail apparait sur cette photo, ce sont les bavettes arrière. Je les ai trouvé sur une bourse d'échange dans les Deux-Sèvres auprès d'un vendeur hollandais, installé dans la région depuis plusieurs années, dans leur emballage d'origine destinées aux utilitaire de la marque aux chevrons. Je n'ai pas résisté, je suis reparti avec. Elles s'accordent, selon moi, très bien avec cette fourgonnette...

Arriere

 

 

Voici en images, la restauration d'une 2CV Fourgonnette AZU de 1955. Cette 2CV a passé toute sa carrière dans la Vienne. Elle a très mal vieilli comme l'immense majorité des utilitaires de ces années. Elle a reçu en plus de sa couche de gris initiale 5 couches de peinture passées "au rouleau" avec de moins en moins de soins, couche après couche.... Lors du début de la restauration, on découvre qu'elle a été badigeonnée de vert clair, vert foncé, noir, bleu foncé pour arriver jusqu'à aujourd'hui dans cette "magnifique" livrée bleu ciel !

Lorsque j'ai vu cette AZU pour la première fois, elle avait les phares qui regardaient le sol, pas de siège, son moteur posé à coté d'elle, alors  qu'un moteur d'origine inconnu avait été jeté sous le capot sans même prendre soin de le fixer au châssis. Après inventaire, le constat est sans appel, aucun élément de carrosserie n'est intact, 3 jantes sur 5 sont percées, il n'y a plus de pédalier, bref autant de signes qui auraient dû me faire fuir, mais non, la voici à la maison !!!

1354

Dès les premiers éléments démontés, ça se confirme !!  il va y avoir du boulot; quand ce n'est pas la visserie qui coupe à l'approche de la clé, c'est l'écrou prisonnier qui tourne dans le vide, j'adore.... Pour le tri des pièces à conserver ou à recycler rien de plus simple il n'y a quasiment rien à sauver !!

624

257

La seule bonne nouvelle c'est que le vendeur ne m'a pas menti : "le châssis est super sain. Il n'est ni pourri ni plié" m'avait-il assuré. En effet il est souillé par de la terre séchée et recouvert d'une belle couche de gras sur l'avant mais rien de plus normal pour une 2CV de 60ans. Après lui avoir retiré ses suspensions et ses trains roulants, passage au sablage puis le traitement à l'apprêt phosphatant. Les 2 meilleures jantes ainsi que 3 jantes supplémentaires achetées sur une bourse d'échange profitent du voyage.

A 19926

Le moteur, d'origine bien entendu, a retrouvé sa vigueur et son éclat, merci Jean-Paul !  Il va reprendre sa place sur le châssis équipé de ses trains roulants et suspensions entièrement restaurés. Les pots de suspensions ont été décapés puis repeints avant de recevoir de nouveaux soufflets caoutchouc et de nouveaux couteaux. Les roulements des bras de suspension sont remplacés et montés avec une généreuse dose de graisse.

27

La première grande phase étant terminée, il faut attaquer le gros du travail : LA CARROSSERIE.

Avant l'indispensable "épreuve" du sablage, il vaut mieux dépointer les panneaux de carrosserie qui ne peuvent pas être sauvés. La maigre carcasse restante va donc affronter la puissance du jet de sable. "Il ne va pas rester grand chose". C'est avec cette phrase que m'a accueilli le carrossier qui allait procéder au décapage tant la caisse avait du mal !!

11        12

13       14

15

Sous cet angle ça n'a pas l'air si catastrophique!

16

mais à bien y regarder...

17

Une petite couche de phosphatant et c'est le départ vers l'atelier soudure.

18 1

20

22

21

Après des heures et des heures passées à découper, souder, meuler c'est le retour au bercail...... Pour valider les travaux de tôlerie effectués un montage à blanc s'impose. Bonne nouvelle, tout s'assemble à merveille !! Merci GUILLAUME.

23

C'est maintenant à moi de jouer il va falloir user et abuser des tas, du marteau dans un premier temps puis vient l'entrée en piste du mastic et de sa copine la cale à poncer..

Un aperçu du résultat : le tablier, les contre-joues d'ailes, le toit, les bas de caisse et la partie basse du coté chauffeur mis en apprêt...

30

La partie inférieure ne doit pas être négligée : après avoir vidé 4 cartouches de joint d'entre-tôles pour prévenir des infiltrations d'eau et recouvert de phosphatant je traite l'intérieur des ailes arrières, les planchers avants et le dessous du caisson à l'anti-gravillon. Pour la finition, le peintre appliquera une couche de peinture de la même couleur que la caisse.

31

32

33

La face arrière, qui a nécessité beaucoup de travail de soudure, demande tout autant de travail de carrosserie mais le résultat semble prometteur...

34

Comme je le prévoyais chaque pièce de cette fichu carrosserie demande des heures et des heures de ponçage!

Img 2921

Pour se motiver, dès que l'occasion se présente un petit montage à blanc pour avoir un apperçu du futur résultat !

Img 3259

Les parties qui ne se verront pas ne sont pas oubliées pour autant, une couche de peinture de la couleur finale recouvre l'aprêt sous les passage de roues, les planchers, le compartiment du réservoir et l'emplacement de la roue de secours. Pour ces surfaces j'opère moi-même la colorisation, j'évite ainsi au peintre d'avoir à retourner la caisse dans la cabine.

Juil 2016 8

Quelques clichés de la caisse avant son départ pour l'atelier du peintre!!!!

Juil 2016 11

L'intérieur du caisson est désormais revêtu de sa couleur beige conforme à l'origine. Le plancher et les côtés du caisson sont habillés d'une feuille de contre-plaqué.

Juil 2016 17

Ca y est, la caisse est chez le peintre. Je lui ai précisé que je n'étais pas à une semaine près pour la récupérer........ Cette phrase, nous verrons plus loin qu'après coup je n'aurai pas dû la dire!!!

Je m'affaire donc pendant ce temps aux autres pièces de la carrosserie.

Tout d'abord le capot. La photo ci-dessous parle d'elle-même, il a subi de nombreux outrages et encore, il y a déjà eu de nombreuses interventions de mon binôme préféré le tas et le marteau!

Lors de son passage dans l'atelier "soudure" Guillaume a pris soin de souder 2 renforts au niveau du passage de la barre des phares. Ce point est critique sur cette génération de capot

Img 3873

Le rattrapage se fera au mastic comme à chaque fois!

Img 3902

Img 3966

Img 3970

Le passage en apprêt est une véritable récompense. Quand on se souvient d'où je suis parti!!!

Img 3972

Les prochains éléments à être restaurés sont les 2 ailes (avant bien entendu!).

Pour ces 2 pièces, il est inutile de chercher à sauver les ailes d'origines. Je dois me rendre à l'évidence, il n'y a plus rien à en faire...........

Fort heureusement, il est très facile de trouver 2 ailes de 2CV en bon état et pour un prix tout à fait raisonnable. Seulement voilà pour quelqu'un qui, comme moi avant d'être confronté au problème, ne s'était pas penché sur le sujet, une aile de 2CV c'est une aile de 2CV!! Hélas non! Il existe de très nombreuses variantes en fonction des années et des finitions. Il faut en trouver avec l'intérieur de l'aile qui soit plat et qui ne soit pas, à l'extérieur,percé d'un trou pour le clignotant!! Je trouve malgré tout 2 belles pièces que je m'empresse d'acheter bien qu'elles n'aient pas les joues intérieures conformes.

Je dépointe les joues des ailes d'origines, seules parties des ailes d'origines qui soient récupérables, ainsi que sur les "nouvelles ailes" et procède à la greffe de la joue conforme sur la future aile. Là encore c'est au "docteur Guillaume" d'opérer avec une soudeuse par point tel que d'origine. C'est là qu'on se rend compte qu'il en faut du matériel pour restaurer un véhicule.

Img 1395

Img 1396

Le travail de carrosserie est relativement rapide pour ces ailes. En effet, j'avais pris soin d'acheter 2 éléments en bel état. Le prix était certes un peu plus conséquent que la majorité des ailes disponibles, mais après plusieurs semaines passées à poncer, les quelques euros supplémentaires ne sont rien comparés aux heures de ponçage économisées!!!!

Img 1403

Les ailes sont passées à l'apprêt et poncées en vue de les peindre.

Toujours pas de nouvelle de la caisse!?! Je porte malgré tout le capot et les 2 ailes au peintre : j'ai beaucoup de travail mais je m'occupe de vous dès la semaine prochaine........

J'attaque donc les portières. Sur ce modèle de 1955 ce sont des portes dites "suicide" c'est à dire que les charnières sont à l'arrière des ouvrants. Seules les Deuch jusqu'en 1964 étaient équipées de ce type de portes. Pour les modèles postérieurs les portières ont adopté le sens que l'on connait sur nos voitures dites modernes.

L'état général constaté lors du démontage m'avait conduit à ne pas les faire sabler. Je comptais en trouver 2 autres sur une des nombreuses bourses que nous avons arpentées durant cette restauration mais force est de constater que ce sont des éléments quasi introuvables!! Celles qui sont proposées à la vente sont hors de prix (plusieurs centaines d'euros quelque fois!!) ou alors en plus mauvais état que les miennes quand ce n'est pas les deux à la fois!! Etonnamment, il n'en existe pas de re-fabrication donc inutile d'en chercher sur les sites marchands et même mes recherches sur le web n'ont rien donné.

 

Img 4008

Je me décide donc à les sauver. Après un décapage complet et un passage dans les mains expertes de Guillaume mon "soudeur" préféré je redresse ce qui peut l'être et je passe au mastic. Ce sont les seules parties de cette carrosserie qui ne soient pas en tôle ondulée!! C'est presque plaisant de poncer ces éléments!!! Je dis bien "presque"!

Img 4005

Je considère que le résultat est satisfaisant désormais, je passe donc une bonne couche d'apprêt.

Img 4081

Le ponçage au papier "500 à l'eau" me confirme que le résultat est à la hauteur de ce que je souhaite. Je charge donc les 2 portières et direction l'atelier de peinture.

Et là une surprise m'attendait!!

"Je vous ai peint le capot et les ailes!!" me dit Mathieu, le peintre.

Ce n'est pas vraiment l'élément que je m'attendais à trouver recouvert de la robe définitive mais bon il faut bien commencer par quelque chose.

Et la caisse? "Je n'ai pas attaqué mais c'est pour très bientôt..........."

Me voici de retour avec 3 énormes pièces de tôlerie fraichement repeintes.

Pour celui qui n'a pas rencontrer le problème ça semble être une bonne nouvelle sauf que, avoir à stocker plusieurs pièces de carrosserie abimées, juste décapées ou même en apprêt est une chose (on peut les empiler ou les faire tomber, de toute façon elles sont à refaire)mais une ou plusieurs pièces sortant de la cabine de peinture en est une autre!!!!! On ne sait pas comment les manipuler comment les stocker et surtout tout ça sans les choquer ou poser quoi que ce soit à proximité de peur que ça ne tombe dessus! Si j'avais récupérer la caisse en premier comme prévu initialement j'aurai remonté les éléments au fur et à mesure tel que ça doit être fait!!!!

Img 4096

En attendant le retour de la caisse, je patiente en équipant les éléments de retour avec leurs accessoires respectif.

Le contour de calandre, la poignée et même les chevrons sont ceux d'origine. Il a fallut user de patience et de laine d'acier triple 0 pour leur redonner leur lustre d'antan mais bien plus que l'economie substantielle réalisée c'est surtout une fierté de reconduire des éléments livrés avec la voiture lors de sa sortie d'usine.

Img 4098

Sur les ailes, seul le rétroviseur retrouve sa place, les bavettes attendrons....

Img 4162

 

Après avoir lourdement insisté pendant quelque semaines, que dis-je quelques mois, je retrouve mon carrosse dans sa couleur d'origine. Je suis obligé d'admettre que, s'il ne peint pas vite, il peint très très bien!!

Le résultat est extra, la couleur est profonde, pas de "peau d'orange", pas de coulures bref du superbe travail. Merci Mathieu.

Img 4152

Img 4159

 

Quelques clichés rapides et sans attendre on se jette sur l'étape suivante : le remontage.

Vous aurez remarqué que la rampe de phare est déjà de retour à sa place. En effet avec la caisse j'ai récupérer tous ces petits éléments qui constituent une auto et qui sur cette 2CV sont peint couleur carrosserie, les phares, les éléments de tableau de bord, les cerclages de feux arrières, la trappe de ventilation, les tubulures de sièges, etc.... jusqu'au bouchon de réservoir !

La mise en place des joints d'étanchéité, des écrou prisonniers étant faite place aux retrouvailles! Et quelques tours de clé plus tard, c'est fait! Cette 2CV retrouve ses 4 roues, on peut désormais appeler ça une automobile

Img 4167

C'est une étape importante dans la restauration d'une voiture ancienne, le retour de la caisse sur son châssis. C'est toujours une grande fierté et une réelle joie que de revoir cet ensemble tel que le constructeur l'a conçu.

Img 4170

Ensuite tout s'enchaine assez vite, en effet le remontage est aussi aisé que le fût le démontage à ceci près que la crainte de rayer ou abimer la peinture ne nous quitte pas ce qui était le dernier de mes soucis lors du démontage!!

Img 4175

Les sièges, désormais regarnis de caoutchouc et de garnitures neuves, retrouvent leurs places alors qu'un bout de moquette recouvre le sol pendant cette phase de remontage pour ne pas rayer la peinture des planchers. Le tapis en caoutchouc conforme à l'origine sera bien sûr mis en place sitôt la résurrection terminée

Img 4177

Le réservoir, qui a bien entendu été traité au RUSTOL et repeint bien qu'il ne soit pas visible. Notez le bouchon peint en gris!

La trappe de ventilation et le mécanisme d'essuie-glaces ont retrouvés leurs emplacements respectifs

Img 4180

Je continue en remontant la commande de la boite à vitesses, les pédales d'embrayage et de frein ainsi que la canne de frein à main.

J'attaque ensuite une étape importante pour pouvoir redonner vie à cette fourgonnette, le faisceau électrique.

J'espère ne choquer personne mais cette AZU de 55 sera en 12volts! Cependant pour rester au plus proche de l'origine pas question d'installer un alternateur. J'ai donc fait re-bobinera dynamo d'origine par un spécialiste dans le sud de la France pour qu'elle produise du 12V. Seules les inscriptions sur la bobine et sur la batterie trahissent cette modification.

Je recréé intégralement le faisceau en conservant les passages d'origines.

Faisceau1

Faisceau5Faisceau4

Je remonte également lors de cette étape le tableau de bord et le commodo des feux sur la colonne de direction qui est passée, elle aussi, par la case peinture.

Un petit aperçu du résultat:

Faisceau3

J'ai choisi, bien qu'elle ait été repeinte, de refaire au pochoir, tel qu'à l'origine, les inscriptions qui étaient sur le tablier permettant de dater la voiture.

On peut decripter ce "M10J5P" par:

-M signifie MERVILLE c'était la marque de la peinture utilisée à l'époque

-10 c'est le jour.

-J est la dizième lettre de l'alphabet et indique le mois:Le dizième mois c'est Octobre.

-5 correspond au chiffre des unités des années 50 donc 195"5"

-P signifie qu'elle sort des usines PANHARD ET LEVASSOR

Ce marquage nous apprend que cette voiture a été peinte avec de la peinture MERVILLE et qu'elle est sortie des chaines de l'usine Panhard le 10 octobre 1955!

Marqage

Pour la suite, le remontage du capot, des ailes, de son pare-brise, du pare-chocs et de sa plaque minéralogique  et elle commence à ce qui peut être considéré comme une voiture.... Les utilitaires, à l'époque devaient porter le nom de leur département d'origine sur une couleur de fond spécifique en fonction des produits transportés et des distances qu'ils étaient autorisés à parcourir. J'ai choisi de reproduire ce marquage bien que à cause des multiples couches de peintures dont a bénéficié cette utilitaire, je n'ai pas de trace ni de la dimension ni de la couleur d'origine...

Complet1

Avec les portes équipées des glaces on pourrait prendre la route!

Complet2

Sur cette vue de l'arrière, on voit l'éclaireur de plaque au centre de celle-ci. Il devrait être rouge transparent mais là encore ce modèle ne se trouve presque plus, j'ai donc opté pour l'instant pour un gris en attendant de trouver un modèle conforme. Un autre détail apparait sur cette photo, ce sont les bavettes arrière. Je les ai trouvé sur une bourse d'échange dans les Deux-Sèvres auprès d'un vendeur hollandais, installé dans la région depuis plusieurs années, dans leur emballage d'origine destinées aux utilitaire de la marque aux chevrons. Je n'ai pas résisté, je suis reparti avec. Elles s'accordent, selon moi, très bien avec cette fourgonnette...

Arriere